"L'ENTENTE CORDIALE" : le niveau zéro du cinéma

Publié le




Le flop mérité de « L’Antidote » n’y ayant pas suffi, le réalisateur, qui veut sans doute faire une carrière à la Ed Wood, a trouvé pire avec cette soporifique « Entente cordiale » qui n’est ni drôle, ni bien filmée ni bien jouée, où les quelques vagues péripéties de l’histoire nous excitent autant que le journal de l’économie sur LCI.

Pas encore lassé de pasticher Francis Veber avec un tandem dans le genre de « L’Emmerdeur » ou de « La Chèvre », Vincent de Brus nous fabrique le couple Clavier/Auteuil qu’on avait eu l’occasion de voir jouer ensemble il y a des siècles dans une savoureuse comédie « Clara et le chics types » (1981) avec Isabelle Adjani au sommet de sa séduction. Un Clavier qu’on avait quitté bégayant, faute d’avoir retrouvé le doudou de sa petite enfance, dans « L’Antidote » face à Jacques Villeret dans un de ses derniers rôles. Le principe est toujours le même : deux hommes que tout oppose vont se trouver réunis par les circonstances dans une aventure, source de gags et de péripéties.


Sur fond d’espionnage international, Viktor Zilenko a volé aux Russes la puce exterminator, redoutable arme de guerre technologique. Le terroriste ne veut négocier contre 25 millions de dollars qu’avec l’agent François de la Conche (Christian Clavier) qui l’a laissé s’échapper par fair-play lors d’une précédente mission. Aristocrate coincé, le vicomte de la Conche a pris depuis sa retraite dans son château en ruine, harcelé par sa femme et son beau-père, riches roturiers, qui veulent en faire un centre de thalasso. Rappelé en mission par les services secrets pour jouer les OSS 117 et débrouiller la situation, François de la Conche accepte de servir son pays. Ne parlant pas un mot d’Ukrainien, on lui accole un interprète de l’ONU, JP Moindreau (Daniel Auteuil), individu sans-gêne, dilettante et dragueur, qui va lui gâcher la vie et sa mission à Londres.


Mais qu’est-ce qui peut bien pousser des acteurs riches et célèbres, autrefois performants, comme Clavier et Auteuil, à accepter de se dévaloriser à ce point? Clavier a joué mille fois ce genre de rôles avec des faux airs de Louis de Funès et des mines snob pour le fun, se pastichant lui-même sans un brin de conviction, pire que dans «L’Antidote». Auteuil, semble régresser, amnésique de Claude Sautet, Téchiné ou «36 Quai des Orfèvres», jouant dans cette comédie presque plus mal qu’au temps de «Les Hommes préfèrent les grosses». On voit passer dans petits rôles Michèle Laroque en banquière ex-maîtresse de Moindreau et François Morel en interprète démissionnaire. Un peu plus pétillantes et crédibles que la moyenne des acteurs, les femmes de François de la Conche : l’épouse officielle (Delphine Rich) et Gwendoline, l’anglaise (Jennifer Saunders).

Les deux hommes grisonnants étant habillés en noir tout le long du film, l’image étant quelconque et le temps brumeux, ça ajoute à la pénibilité du spectacle où s’agitent les protagonistes un peu dans tous les sens comme la pulpe d’une bouteille d’Orangina qu’on secouerait en attendant le générique de fin.

On a atteint une sorte de degré zéro du cinéma où même un Max Pécas aurait fait mieux. C’est un film affligeant où l’on chercherait en vain la moindre qualité avec autant de chance de la trouver que le sexe des anges. Il est assez difficile de ne pas somnoler devant cette surenchère de gags éculés et de situations plates comme une poitrine du 70 A, sans un café très fort ou un litre de Coca, à déconseiller aux conducteurs de machines… Il est encore plus difficile de ne pas quitter la salle. On sort de ce film aussi réjoui qu’après le match des Bleus contre la Corée du sud…


Mini-Pitch : Un agent secret reprend du service flanqué d'un interprète qui lui gâche la vie et sa mission à Londres dans le cadre d'une navrante comédie à éviter!



Publié dans Films 2006

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
mGrBzTkUgDLFGcbWjqPpl like you get all the barnis. I just get to say thanks for he answer.
Répondre
G
Poussif !!!Que Christian Clavier vienne se mêler à ce genre de stupidité,pourquoi pas, c'est devenu une habitude. Mais que Daniel Auteuil vienne se fourvoyer dans une "telle mélasse, c'est plus étonnant. Après le ratage de la maison du bonheur", on ne peuty pas dire que le cinéma comique estival du crû 2006 soit très goulayant!!!<br /> Un grand bravo pour yon super blog et à bientôt,<br /> Gérard
Répondre
G
D'accord avec toiC'est bien vrai! J'espêre un beau flop pour ce film!
Répondre