"LES ANGES DE LA NUIT" : le Crépuscule des voyous

Publié le

Ce n’est peut-être pas un chef d’oeuvre d’un géant de la réalisation mais c’est un très bon film qui vous tient scotché, muet, captivé, une histoire d’amitié et de trahison, sur fond de guerre des mafias et de balances, de règlements de comptes et de rédemption, un récit haletant, révoltant, touchant où le combat cessera enfin… faute de combattants…

Le Bronx la nuit, une fausse tuerie organisée par des policiers, un homme en abat deux autres qui refusaient de payer des armes…

Après douze ans d’absence, l’officier Terry Noonan, revient dans son quartier de Hell’s kitchen où il retrouve son meilleur ami Jackie Flannery, un taré alcoolique et sanguinaire qui fait partie du gang mafieux irlandais conduit Frankie Flannery, le grand frère, le caïd, un homme dur et ambitieux. Auréolé de la tuerie du Bronx, Terry se fait accepter du gang et participe aux trafics, aux rackets et aux exécutions. Parfaitement infiltré dans la bande, Terry supporte de plus en plus mal son statut de balance. L’amitié et la confiance inconditionnelles de Jackie ne lui facilitent pas la tâche. La présence de Kathleen Flannery, la sœur, rebutée par la violence, que Terry a aimée autrefois, va achever de le mettre en danger.

Si Jackie Flannery est le maître de la mafia irlandaise et de Hell’s kitchen, il doit ménager la susceptibilité de Joe Borelli et de la mafia italienne pour satisfaire ses ambitions. Le jour où l’impitoyable Frankie n’hésite pas à liquider le brave Steve, un grand rouquin, leur ami d’enfance à tous, pour une histoire de dette impayée à l’associé de Borelli, la mèche de l’incendie final est allumée.

Dans ce crépuscule des voyous baignant dans une violence sombre et alcoolisée, entre coups de feu et armes blanches, bagarres et guerre des gangs, subsiste une part d’enfance qui lie les Terry et Frankie qui rêvent à la prochaine fête de la Saint Patrick en rechargeant leurs calibres. Une indéfectible amitié entre les deux anciens gosses de Hell’s kitchen va mettre à mal les grands projets de l’officier Terry Noonan de regarder la violence en face et de la combattre. Son amour pour Kathleen, qu’il n’a pas pu oublier davantage que son enfance, va achever de pousser Terry de l’autre côté du miroir.

Le film se passe en majeure partie la nuit et les images sont assez réussies : le gris des visages couleur de l’asphalte, la lumière polaire et verdâtre du jour, le rouge triste des briques du quartier de Soho, le jaune rougi des lumières des bars, le brun foncé des bois des comptoirs et des meubles, le rouge sang qui coule, le bleuté de la nuit noire sur les docks.

Le casting :

Sean Penn : Terry
Gary Oldma : Jackie
Ed Harris : Frankie
Robin Wright : Kathleen
Stevie : John C Reilly
Nick : John Turturro

Le film est servi par la performance fameuse de Gary Oldman extraordinaire paumé, cinglé et généreux, déjanté et extraverti, traînant sa silhouette dégingandée et ivre dans les rues, cognant à coups de pied dans les bars entre deux bières, le cheveu long et gras masquant une partie de son visage. Bien que je sois une fan inconditionnelle de Sean Penn, son personnage mi-flic mi-voyou, est moins spectaculaire, et il semble en pâtir car il a tendance à surjouer les scènes où il explose comme pour compenser. Mais dans l’ensemble, le couple formé par Terry est Jackie est assez exceptionnel.

Les acteurs sont terriblement jeunes (1990), que ce soit Sean Penn, au physique très adolescent, coiffé comme un rocker des années 60 ou Robin Wright jamais vue depuis ainsi avec un physique de longue liane sauvage à la moue boudeuse, de longs cheveux châtains et raides, des jambes interminables. Pour l’anecdote, c’est sur ce tournage qu’elle a connut Sean Penn de qui elle allait devenir la seconde épouse actuelle.

A l’époque de « State of grace » (1990) («Les Anges de la nuit»), Sean Penn venait de divorcer de quatre années de mariage conflictuel avec Madonna et de tourner deux films en 1989 «Outrages» de De Palma et « Nous ne sommes pas des anges » de Neil Jordan avec Robert de Niro.

Robin Wright sortait de quatre années de « Santa Barbara», feuilleton télé, et se distinguera au cinéma avec le rôle féminin de « Forrest gump » (1994). Aujourd’hui, à la manière de Cassavetes, son maître, avec Gena Rowlands, son épouse, Sean Penn fait jouer sa femme Robin Wright-Penn dans les films qu’il produit et réalise comme "She'so lovely", "The Crossing guard", "The Pledge"..

Gary Oldman a tourné dans tellement de films que j’en cite trois parmi les plus connus JFK (1991), «Basquiat» (1996) ou «Hannibal» (2001).

Le réalisateur Phil Joanou est connu aujourd’hui pour «Sang chaud pour un meurtre de sang-froid» (1992) avec Richard Gere et «Entropy» (1999).

Un film qu’on serait de noter quatre étoiles bien qu’il ait des défauts comme les fusillades avec un ralenti qui passe tout juste, des effets de poches de peinture rouge un peu voyantes pour le sang et la dernière scène un peu décevante. Le film baigne dans une violence sourde ou accomplie mais c’est beaucoup plus supportable que le JT de TF1…



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Reznik 14/04/2007 01:31

Une perle noireJe viens tout juste de le visionner.
Sombre et audacieux (la fusillade finale n'est pas du goût de tout le monde mais ravira certains esthètes fans de Peckinpah et W.Hill), doté d'un casting hallucinant, ce film intègre ma collection malgré quelques choix scénaristiques que je déplore mais qui font aussi la force de ce film dur.

Reznik 14/04/2007 01:04

Une perle noireJe viens tout juste de le visionner.
Sombre et audacieux (la fusillade finale n'est pas du goût de tout le monde mais ravira certains esthètes fans de Peckinpah et W.Hill), doté d'un casting hallucinant, ce film intègre ma collection malgré quelques choix scénaristiques que je déplore mais qui font aussi la force de ce film dur.

Reznik 14/04/2007 01:02

Une perle noireJe viens tout juste de le visionner.
Sombre et audacieux (la fusillade finale n'est pas du goût de tout le monde mais ravira certains esthètes fans de Peckinpah et W.Hill), doté d'un casting hallucinant, ce film intègre ma collection malgré quelques choix scénaristiques que je déplore mais qui font aussi la force de ce film dur.

Reznik 14/04/2007 00:51

Je viens tout juste de le visionner.
Sombre et audacieux (la fusillade finale n'est pas du goût de tout le monde mais ravira certains esthètes fans de Peckinpah et W.Hill), doté d'un casting hallucinant, ce film intègre ma collection malgré quelques choix scénaristiques que je déplore mais qui font aussi la force de ce film dur.

Reznik 14/04/2007 00:50

Je viens tout juste de le visionner.
Sombre et audacieux (la fusillade finale n'est pas du goût de tout le monde mais ravira certains esthètes fans de Peckinpah et W.Hill), doté d'un casting hallucinant, ce film intègre ma collection malgré quelques choix scénaristiques que je déplore mais qui font aussi la force de ce film dur.